LA RENCONTRE

Ils se rencontrèrent le soir du 6 novembre 1928 au café La Coupole à Paris, dans le Montparnasse des surréalistes, et leurs destinées se lièrent pendant plus de 40 ans. L'engagement d'Elsa et d'Aragon qu'il fut littéraire, artistique ou politique fut souvent commun. Ils voyagèrent ensemble dans le monde, notamment en Russie, en Espagne, aux Etats Unis, en URSS. Leurs combats politiques furent menés à deux, à travers la résistance ou à travers la Bataille du livre. Leurs œuvres se croisent et se répondent, se prolongent. Ces deux écrivains engagés marquèrent le XXe siècle par leurs écrits et conservèrent le désir de laisser derrière eux l'alliance de leurs livres.

 

Quand le couple s'installe au Moulin de Villeneuve en 1951, c'est dans le désir d'y trouver un refuge et un lieu d'écriture. Ensemble ils aménagent le parc comme un vaste décor propice à l'inspiration et font le tour des antiquaires pour meubler les pièces du moulin.  

On retrouve dans ces lieux l'inspiration de leurs écrits, ce qui en fait un lieu d'histoire et d'émotion.

BIOGRAPHIES

Biographie

 

1896 - Naissance d’Elsa Triolet à Moscou, de son nom de baptême Elsa Iourevna Kagan.

1910 - Rencontre avec le poète Vladimir Maïakovski. Étudiante en architecture, elle fréquente les milieux intellectuels russes.

1915 - Elsa présente Maïakovsky à sa soeur Lili et à son mari Ossip Brik. 

1919 - Elsa épouse à Paris un Français, André Triolet.

1920 - Elle séjourne à Tahiti, qui sera l'inspiration d'un roman éponyme en 1925.

1921 - Elle quitte son mari, puis vit à Londres et Berlin.

1928 - Le 6 novembre, rencontre avec Aragon au bar de la Coupole. Ils ne se quitteront plus depuis.

1939, 28 février - Mariage d’Elsa Triolet et Aragon.

Séjour aux U.S.A.. Participation au 3ème Congrès des Ecrivains américains.

25 aôut - Ce soir est saisi puis interdit de parution.

Il en ira de même pour l’HumanitéCommune et Europe dès le mois de septembre. Aragon est mobilisé.

1943 - Aragon et Elsa Triolet créent le Comité National des Ecrivains pour la zone sud - le C.N.E.

1944 - Aragon et Elsa fondent le journal La Drôme en armes.

1968 - L’U.R.S.S. intervient en Tchécoslovaquie. Le P.C.F. condamne cette invasion. Les Lettres françaises apportent un soutien actif aux artistes et écrivains tchèques.

1970, 16 juin - Mort d’Elsa Triolet au moulin de Villeneuve à Saint-Arnoult-en-Yvelines.

ELSA TRIOLET

Romancière, traductrice, Résistante, créatrice

La vie d'Elsa est marquée par ses voyages et les récits qu'elle en a faits. Elsa était née à Moscou, s'était mariée à Paris, avait vécu à Tahiti, Londres et Berlin, conservant toujours son accent russe. « Le mal de la langue est insupportable comme le mal du pays », écrivait-elle.

 

L'oeuvre d'Elsa côtoie nombre d'auteurs au risque de souvent rester dans leur ombre. Victor Chlovski publie d'abord leurs correspondances dans Zoo, lettres qui ne parlent pas d'amour ou la Troisième Héloïse en 1923, et Maxime Gorki les découvrant encourage la jeune femme à se consacrer à l'écriture.

Romancière, son écriture est portée par un regard perçant sur la société, mêlée de crainte quant à ses évolutions. Ses romans se construisent autour de ses personnages Martine, Blanche, Nathalie, Régis et Madeleine Lalande... Elle devient en 1945 la première femme à obtenir le prix Goncourt pour l'année 1944 avec le Premier Accroc coûte deux cents francs, recueil de nouvelles écrites pendant la Seconde guerre mondiale. Son écriture est faite d'observations et de collages, tout comme les pièces de la Maison sont encore habitées par des objets hétéroclites transformés, et les bijoux qu'elle fabriquait sont faits de matériaux récupérés. 

Traductrice, Elsa Triolet s'est consacrée tout au long de sa vie à la poésie de Vladimir Maiakovski, ainsi qu'à promouvoir les romanciers et poètes russes (elle dirige une anthologie de la Poésie russe publiée en 1965). Puis elle traduit Aragon, Colette, ou André Gide en russe. Au côté d'Aragon elle publie des reportages liés à ses voyages dans les Lettres Françaises, des chroniques théâtrales, ainsi que des chroniques de mode. 

 

En 1951, Aragon achète pour Elsa la russe, la déracinée, « un petit coin de France » à Saint-Arnoult-en-Yvelines : le Moulin de Villeneuve. Le couple ne se séparera plus jusqu’au jour où le cœur d’Elsa cessa de battre, le 16 juin 1970. Rostropovitch viendra quelques mois plus tard jouer la Suite n°5 de Bach pour son amie Elsa, enterrée là, entre les deux hêtres de la Villeneuve comme elle le souhaitait.

 

« Nous marchions sur la mousse de la forêt, avec ses arbres hauts et larges. La vue des hêtres me rendit triste comme si c’étaient des pierres tombales : nous en avions dans notre bois du moulin, c’étaient les plus beaux, les plus énormes hêtres que j’ai jamais vus...Il y en avait surtout deux, argentés, gigantesques, surplombant de loin le moulin, agrippés à la terre par des racines apparentes, ondulées, crochues, pattes à griffes de bête antédiluvienne.Les branchages s’en allaient si loin qu’on avait peine à croire qu’ils appartenaient toujours à ces deux arbres là.Sous cet univers de verdure, nous avions installé une table et un banc de pierre. Je disais alors à qui voulait l’entendre, que je souhaitais d’être enterré là, sous ces hêtres, à côté de Louis : ils serviraient de pierre tombales, il y en avait deux. La loi interdisait, paraît-il, de se faire enterrer chez soi, mais un souhait est un souhait. »

 

Elsa Triolet,  Le Cheval Roux,  1953

Lire ou relire Elsa Triolet

Romans 

  • Le Cheval blanc (seconde Guerre mondiale)

  • Le Premier accroc coûte 200 francs (nouvelles, Prix Goncourt)

  • Roses à crédit  (cycle L'Âge de nylon)

Autour d'Elsa Triolet 

  • Correspondance Lili Brik, Elsa Triolet. 1921-1970, Gallimard.

  • Écrits intimes. 1912-1939, Stock.

Retrouvez sur notre boutique quelques titres.

 

Bibliographie  

 

1925 A Tahiti, en langue russe (Moscou).

1926 Fraise des bois, en langue russe (Moscou).

1928 Camouflage, en langue russe (Moscou).

1933 Colliers, en langue russe (Moscou).

1935 Maïakovski, vers et prose, en langue russe (Moscou).

1938 Bonsoir Thérèse (Denoël).

1942 Mille regrets (Denoël).

1943 Le Cheval blanc (Denoël).

1944 Qui est cet étranger qui n’est pas d’ici ? ou le mythe de la Baronne Mélanie (Séghers).

1945 Le Premier accroc coûte 200 francs, Prix Goncourt (Denoël).

1946 Personne ne m’aime (E.F.R.).

1947 Les Fantômes armés (Bibliothèque Française).

1948 L’Inspecteur des ruines (E.F.R.).

1953 Le Cheval roux ou les intentions humaines (E.F.R.).

1954 L’Histoire d’Anton Tchekov (E.F.R.).

1956 Le Rendez-vous des étrangers (Gallimard).

1957 Le Monument (Gallimard).

1959 Roses à crédit (Gallimard).

1960 Luna-Park (Gallimard).

1961 Les Manigances (Gallimard).

1962 L’Ame (Gallimard).

1965 Le Grand jamais (Gallimard).

1968 Ecoutez-voir (Gallimard).

1969 La Mise en mots (Skira).

1970 Le Rossignol se tait à l’aube (Gallimard).

1897 - Le 3 octobre, naissance de Louis-Marie, fils naturel de Marguerite Toucas et Louis Andrieux, ancien préfet de police.

1916 - Commence ses études de médecine, qui dureront jusqu’en 1921.

1917 - Fait la connaissance d’André Breton. Leur commune admiration pour Mallarmé, Rimbaud, Apollinaire, Jarry et Lautréamont les lie d’amitié.

1918 - Départ pour le Front.

1919 - Création de la revue Littérature avec André Breton et Philippe Soupault.

1920 - Arrivée de Tzara à Paris. Saison dada.

1921 - Procès Barrès qui sépara définitivement Tzara et les surréalistes Breton, Eluard, Aragon...

1924 - Premier Manifeste du Surréalisme d’André Breton.

1926 - Début de sa liaison avec Nancy Cunard.

1927 - Adhésion au PCF ainsi qu’Eluard, Breton et Benjamin Péret.

En novembre, destruction de son manuscrit de La Défense de l’infini à Madrid en présence de Nancy Cunard.

1928 - Rupture avec Nancy Cunard, tentative de suicide lors d’un voyage en Italie.

Le 6 novembre, rencontre d'Aragon et d'Elsa au bar de la Coupole.

Inculpation d’Aragon pour son poème Front rouge

1932 - En mars, Aragon publie dans l’Humanité une mise au point condamnant le texte de Breton, ce qui entraîne la rupture définitive avec ce dernier.

1933 Journaliste à l’Humanité et secrétaire de rédaction avec Paul Nizan à la revue Commune.

1934 - Aragon participe avec André Malraux et Jean-Richard Bloch au 1er Congrès des Ecrivains Soviétiques.

1937 - Parution du quotidien Ce soir, dont Aragon et Jean-Richard Bloch sont les directeurs.

1939, 28 février - Mariage d’Elsa Triolet et Aragon.

Séjour aux U.S.A. et participation au 3ème Congrès des Ecrivains américains.

25 août - Ce soir est saisi puis interdit de parution. Il en ira de même pour l’HumanitéCommune et Europe dès le mois de septembre. Aragon est mobilisé.

1941-  Rencontre avec Henri Matisse.

1943 - Aragon et Elsa Triolet créent le Comité National des Ecrivains pour la zone sud - le C.N.E.

1944 - Aragon et Elsa fondent La Drôme en armes.

1953, 14 février - Aragon prend officiellement la direction des Lettres françaises.

1954 - Aragon est élu membre titulaire du Comité Central du P.C.F.

1968 - L’U.R.S.S. intervient en Tchécoslovaquie. Le P.C.F. condamne cette invasion. 

1970, 16 juin - mort d’Elsa Triolet.

1972 - Les Lettres françaises cessent leur parution.

1977 - Aragon lègue au C.N.R.S. ses archives personnelles et celles d’Elsa Triolet.

1982 - Aragon s’éteint à son domicile.

LOUIS ARAGON

Poète, romancier, journaliste, Résistant

« ....En une époque où la poésie hésite entre une tradition qui s’essouffle et une avant-garde qui se cherche, Aragon était sans conteste le premier des poètes français. Le plus éclatant. Le plus populaire. Le plus habile et le plus déchirant. Le plus connu en France et dans le monde entier.... Brillant, hautain, toujours mobile, provocant, il était capable de tout : du meilleur et du pire.

Son prodigieux talent prend les formes les plus stupéfiantes. Le même auteur qui écrivait un célèbre poème constitué d’un seul mot — « Persiennes » — indéfiniment répété est aussi celui qui compose les vers les plus traditionnels et les plus classiques de la littérature contemporaine :

 

             Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire 

             J’ai vu tous les soleils y venir se mirer 

             S’y jeter à mourir tous les désespérés 

             Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire...

 

Le même prosateur qui écrit Le Traité du style et ce livre magique plein de fantaisie et de rêves qu’est Le Paysan de Paris donne un admirable roman historique qui est un modèle du genre : La Semaine sainte, récit de la fuite de Louis XVIII au début des Cent-jours. La fresque sociale des Communistes et le roman d’amour d’Aurélien, l’un des plus beaux de tous les temps - « La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide... » - nourrissent les fièvres opposées de Neuilly et de Billancourt. Les Cloches de Bâle ou Les Voyageurs de l’impériale décrivent avec allégresse, avec emportement la ruine d’une société, où son adresse narquoise est comme un poisson dans l’eau, et la naissance du nouveau monde qu’il appelle de ses voeux. Il dépeint avec le même bonheur une grève et un dîner en ville, le passage des Panoramas et les usines de l’Oural, tout le mouvement de l’histoire et un brin d’herbe au bord du chemin. Poète et prosateur également inspiré, critique, historien, romancier, polémiste redoutable, révolté de génie et révolutionnaire officiel, coeur d’un seul amour et de toutes les amours, il est, en une seule personne, Caliban et Ariel, l’homme libre et l’homme enchaîné, le rêveur et le commissaire de la littérature française.  »

 

Extraits de Tombeau pour un poète de Jean d’Ormesson publié dans 

Le Figaro du samedi 25-dimanche 26 décembre 1982. 

Lire ou relire Aragon ​

Romans

  • Le Paysan de Paris (période surréaliste)

  • Les Beaux Quartiers (cycle «  Le Monde réel », prix Renaudot)

  • Aurélien (cycle « Le Monde réel »)

Poésie

  • Le Crêve-coeur (poésie de la Résistance)

  • Le Roman inachevé (autobiographie poétique)

Autour d'Aragon

  • Jean Ristat, Aragon, « Commencez par me lire! », Gallimard/Découvertes.

  • Pierre Juquin, Aragon, un destin français, La Martinière (2 volumes)

Retrouvez sur notre boutique quelques titres.

Bibliographie

1920 Feu de joie, (N.R.F.)

1921 Anicet ou le Panorama, (N.R.F.).

1922 Les Aventures de Télémaque (N.R.F.).

1924 Le Libertinage (N.R.F.).

 Une Vague de rêves (Commerce).

1926 Le Mouvement perpétuel, poèmes (N.R.F.).

 Le Paysan de Paris (Gallimard).

1928 Le Traité du style (Gallimard).

 La Grande Gaïété (N.R.F.).

1934 Les Clôches de Bâle, roman (Denoël).

 Hourra l’Oural, poème (Denoël).

1935 Pour un réalisme socialiste (Denoël)

1936 Les Beaux quartiers, prix Renaudot (N.R.F.)

1941 Les Martyrs

 Le crève-coeur (E.F.R.)

1942 Les Yeux d’Elsa (Cahiers du Rhône)

 Brocéliande (Cahiers du Rhône)

 Les Voyageurs de l’Impériale (1ère édition corrigée par la censure) (Gallimard)

1943 Le Musée Grévin, parution sous pseudonyme

1945 Neuf chansons interdites

 La Diane française (Bibliothèque Française)

1946 Tome 1 de L’Homme communiste (Gallimard)

1947 Voyageurs de l’Impériale, publication du texte définitif (Gallimard)

1948 Le Nouveau crève-coeur (Gallimard)

1951 Les Communistes, Derniers tomes (E.F.R.)

1952 Avez-vous lu Victor Hugo ? (E.F.R.)

 Hugo, poète réaliste (E.F.R.)

1954 Les Yeux et la mémoire (Gallimard).

 Mes Caravanes et autres poèmes (Seghers).

 La Lumière de Stendhal (Denoël).

 Littératures soviétiques (Denoël).

1956 Le Roman inachevé (Gallimard).

1958 La Semaine sainte (Gallimard).

1959 Elsa (Gallimard).

 Il faut appeler les choses par leur nom (P.C.F.)

1960 Les poètes (Gallimard).

 Elsa choisie par Aragon, préface et anthologie (Gallimard).

1962 L’Histoire de l’U.R.S.S. de 1917 à 1960 (Presses de la cité).

1963 Entretiens avec Francis Crémieux (Gallimard).

 Le Fou d’Elsa (Gallimard).

1964 Le Voyage de Hollande (Seghers).

 Il ne m’est Paris que d’Elsa (R. Laffont).

1965 La mise à mort (Gallimard).

1966 Elégie à Pablo Neruda (Gallimard).

1967 Blanche ou l’oubli (Gallimard).

1968 Aragon parle avec Dominique Arban (Seghers).

1969 Les Chambres, poèmes (E.F.R.)

 Je n’ai jamais appris à écrire ou les incipit (Skira).

1971 Henri Matisse roman (Gallimard).

1974 Théâtre roman (Gallimard).

 Début de L’Oeuvre poétique (E.F.R.).

1980 Le Mentir-vrai (Gallimard).

1981 Ecrits sur l’art moderne (Flammarion).

 Les Adieux et autres poèmes (Messidor).

MAISON ELSA TRIOLET-ARAGON

Moulin de Villeneuve

Rue de Villeneuve

78730 Saint-Arnoult-en-Yvelines

Tél : 01 30 41 20 15

E-mail: info@maison-triolet-aragon.com

  • Facebook
  • Instagram
  • Twitter
  • YouTube

OUVERT TOUS LES JOURS

14:00 - 18:00

Fermeture annuelle aux publics individuels du 30 octobre 2020 au 5 février 2021 inclus.

Le parc et les expositions sont ouverts aux publics individuels tous les jours de 14h à 18h.

Les appartements sont ouverts seulement sur visites guidées : les samedis, dimanches et jours fériés de 14h à 18h.

En semaine, une seule visite commentée à 16h.

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE 2021

Capture d’écran 2020-11-24 à 14.40.39.