c215
"AUTOGRAPHES"
Peinture, techniques mixtes
EXPOSITION TEMPORAIRE
Du 5 février au 8 mai 2022
Tous les jours de 14h à 18h
IMG_2555
IMG_2555

press to zoom
IMG_1776
IMG_1776

press to zoom
IMG_0538
IMG_0538

press to zoom
IMG_2555
IMG_2555

press to zoom
1/4

C’est ce dialogue que l’exposition Autographes donne à voir : documents manuscrits originaux signés par de grands écrivains chers à Christian Guémy voisinent avec les portraits de ces auteurs que C215 a découpés – si on estime que l’art du pochoiriste réside dans cette dimension avant même celle de la peinture. Les uns manient plume ou stylo distribuant de l’encre quand le second évide et ajoure avec un outil aux proportions guère éloignées. Le calame des Sumériens qui, jadis, inventèrent l’écriture en incisant des tablettes d’argile, invite d’ailleurs à penser plus qu’une proximité : une parenté.

On connaît C215 pour les nombreux portraits qu’il a réalisés dans les rues du monde entier, de Vitry-sur-Seine à Saint-Louis (Missouri) en passant par Paris, Rome, Londres, São Paulo, Colombo, Dakar ou Mirleft. Depuis sa participation à l’exposition clandestine « The Cans Festival » à l’invitation de Banksy, il s’est affirmé comme une des principales figures françaises de l’art de rue.

Pourtant, C215 n’est pas, d’abord, un pseudonyme de pochoiriste, mais celui choisi par le poète Christian Guémy lorsqu’il publie deux recueils en 2004. De ces quatre caractères alphanumériques, il aime « les sons, le sifflement, le claquement » (entretien avec Juliette Combes-Latour, 2018). À l’œil, on est aussi tenté d’y retrouver le diminutif de son prénom. Christian Guémy connaît son Apollinaire : la poésie est affaire d’oreille mais aussi d’yeux. Comme Ernest Pignon-Ernest, C215 est un artiste pétri d’images et de mots, de peintres et d’écrivains. 

IMG_0592
IMG_0592

press to zoom
IMG_4917
IMG_4917

press to zoom
IMG_4900
IMG_4900

press to zoom
IMG_0592
IMG_0592

press to zoom
1/3

Au-delà, l’autographe se fait trait d’union entre l’œuvre écrite et l’œuvre plastique, les écrivains s’aventurant ici dans une forme de dessin à la main, loin des caractères imprimés auxquels ils sont habituellement cantonnés, quand les plasticiens, en signant leur œuvre,  affrontent ce monde à l’écart duquel ils semblent se tenir d’ordinaire, celui des lettres – et, en l’espèce pour C215, celui, aussi, des chiffres.

Pour cette exposition qui se veut aussi hommage aux hommes et femmes de lettres représentés, C215 propose ici une large palette de sa pratique artistique : œuvres réalisées dans la rue et reproduites grâce à la puissance conservatrice des photographies, œuvres originalessur supports variés, allant du portrait pérenne en deux dimensions au plus éphémère en passant par la sculpture et le vitrail.

L’exposition dans la demeure d’Aragon trouve enfin une résonnance particulière dans la biographie de l’artiste. Élevé par ses grands-parents dans un long silence camouflant l’identité de ses parents, C215 propose ici, aux côtés des écrivains, le portrait d’une mère cachée, perdue, aimée.