Musée de la résistance, de l'internement et de la déportation (7, place de Beaulieu, CHAMALIÈRES)

Du jeudi 7 juillet au samedi 24 décembre 2022

L’exposition présentera les années de guerre et d’Occupation du couple : Aragon soldat, écritures résistantes (littérature clandestine, « poésie de contrebande », articles de presse...), structures et organes de Résistance (CNE, Les Étoiles, Les Lettres françaises...).

Elsa Triolet et Aragon ont tous deux participé à la Résistance à la fois par leurs actes et par leurs écrits.
Le conflit de 39-45 marque indéniablement la vie et l’écriture d’Aragon. Sa poésie prend à cette époque la forme d’un engagement patriotique, depuis les poèmes du Crève-cœur composés pendant la « drôle de guerre » et réunis en 1941 jusqu’aux écrits de l’Occupation rassemblés en 1944 dans La Diane française. Le verbe peut se faire crypté comme dans Brocéliande ou de combat explicite comme dans Le Musée Grévin.


Elsa Triolet ne reste pas dans l’ombre : elle est l’une des rares écrivaines françaises qui, durant la Seconde Guerre mondiale, ait participé activement à la Résistance. Difficile pour une femme d’être écrivain à cette époque surtout losque l’on était juive et mariée depuis février 1939 à un écrivain communiste. Elle n’en écrit pas moins des nouvelles, publiées sous pseudonyme (comme Les Amants d’Avignon) ou des articles pour la presse clandestine (Les Lettres françaises, La Drôme en armes...)

L’exposition mêlera des documents d’archives, des écrits du couple, des photographies ainsi que des oeuvres de Ladislas Kijno qui dialoguent avec le texte de contrebande d’Aragon, Brocéliande.

13580761.png

Quelques images de l'exposition :