Jean Ristat : « un jour vient que le temps ne passe plus »

26/1/2016

Discours de Jean Ristat, pour la Maison Elsa Triolet Aragon, aux obsèques d'Edmonde Charles-Roux en la cathédrale La Major, samedi 23 janvier.

 

Nous la savions terriblement fatiguée depuis quelques mois mais nous refusions l’inéluctable. Mais un jour vient que le temps ne passe plus.

 

Des images se bousculent dans mon esprit, dans le plus grand désordre. Comme lorsqu’on tourne les pages d’un album photographique mêlant dans un douloureux enchevêtrement les dates, les lieux. Parfois même les visages…

 

Mais sur une photographie, je reconnais Edmonde dans la cour du Moulin de Saint-Arnoult-en-Yvelines. Il fait beau, il y a des roses partout ; Elsa les aimait tant. Ils sourient. Manifestement ils sont heureux d’être ensemble. Ont-ils déjeuné tout à l’heure dans la cuisine dont Elsa a recouvert les murs de carreaux de faïence de Delft. La grande table de bois blond brille comme un soleil. Avec qui désormais évoquerai-je ces souvenirs, à qui demanderai-je de me raconter la vie d’Elsa et de Louis dans les années soixante du dernier siècle ? Là c’est Edmonde et Gaston avec Aragon, inaugurant une exposition à Marseille, peut-être à la Vieille Charité. Et puis sur une autre image, les voici dans une galerie, probablement à Paris : de jeunes artistes les entourent, poètes, peintres, photographes. Elle regarde les œuvres avec une attention soutenue.

Étrangement, dans ce puzzle dont je n’expose ici que quelques pièces, au hasard de la plume, manquent la date et les circonstances de leur première rencontre. Sans doute, dans les premières années de l’après-guerre 1939-45 ; mais il est certain qu’elle est, dans la terrible période des événements de Hongrie en 1956, venue, au Moulin de Saint-Arnoult, assurer les Aragon de son affection alors que tant de gens, alors, leur tournaient le dos.

 

Plus tard, je la reconnais avec Louis, Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé. Et sur cette autre image avec Philippe de Rothschild et Lili Brick à Paris toujours dans les années 1970. Aragon porte un manteau et un chapeau blancs. Nous sommes maintenant à Marseille avec Zizi Jeanmaire et Roland Petit. C’est une photographie prise à l’occasion de la première création des Ballets de Marseille, un ballet inspiré de l’œuvre de Maïakovski, Allumez les étoiles. Aragon dit quelques vers de Volodia. Ici on voit Maïa Plissetskaïa qui danse La Rose malade, un poème de William Blake.

 

Ah, il faut avant de refermer la boîte à images, dire que je garde dans mon cœur le récit que me fit, il y a quelques semaines, l’un des plus proches amis d’Edmonde, Jean-Paul Escande. Il m’a raconté qu’elle tenait, avec la plus grande inquiétude, à garder auprès de son lit d’hôpital, un exemplaire d’Aurélien dont elle ne voulait à aucun prix se séparer.

 

Je tiens à dire la fidélité d’Edmonde aux œuvres et aux personnes d’Elsa Triolet Aragon et ce jusqu’à la fin de sa vie, ne ménageant pas sa peine après la mort du poète pour aider à sauvegarder le Moulin de Saint-Arnoult où reposent Elsa et Louis ; n’hésitant jamais à affronter les tracasseries et la mauvaise volonté, pour tout dire, de l’administration.

 

Il vient en effet un jour que le temps ne passe plus comme l’écrivait Aragon :

 

« Un jour vient que le temps ne passe plus

Il se met au travers de notre gorge

On croirait avoir avalé du plomb

Qu’est-ce en nous qui fait ce soufflet de forge

 

(…)

 

Un jour vient que rien n’est plus qu’un récit

Rien ne fut rien n’est comme on le raconte

On construit de mots la chair du passé

Au poignet des gens ont gelé leurs montres »

 

Jean Ristat

 

photo: Edmonde Charles-Roux en 2009 à la Maison Elsa Triolet - Aragon. Crédits Claude Gaspari

 

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Journées du Patrimoine 2019

14/8/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

HEURES D'OUVERTURE

TOUS LES JOURS

14:00- 18:00 

Fermeture annuelle aux publics individuels du 2 décembre 2019 au 31 janvier 2019 inclus.

Le parc et les expositions sont ouverts aux publics individuels tous les jours de 14h à 18h. 

Les appartements sont ouverts seulement durant les visites guidées. Les visites commentées de l'appartement-musée ont lieu les samedis, dimanches et jours fériés de 14h à 18h.

En semaine, une seule visite commentée à 16h. 


TARIFS ET INFOS

ADRESSE

Moulin de Villeneuve

Rue de Villeneuve

78730 SAINT-ARNOULT-EN-YVELINES

TEL

01 30 41 20 15

E-MAIL

NOUS SUIVRE

  • w-facebook
  • White Instagram Icon
  • White Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube

BROCHURE SAISON

brochure saison 2019 - HD.jpg

© 2019 MAISON ELSA TRIOLET - ARAGON - Mentions Légales